sidebar-le-francais-au-micro

Légende des couleurs

[Vert] Termes ou tours recommandés ou suggérés

[Rouge] Forme fautive ou douteuse

[Bleuté] Formes lexicales et termes surlignés

Semaine du 11 juin au 17 juin 2018

content-title

Il a déjà fait de la dope.

L’anglicisme dope est parfaitement inutile puisqu’on peut toujours le remplacer par le mot français drogue. En outre, seules les personnes qui fabriquent des drogues peuvent prétendre faire de la drogue. Lorsqu’elle est associée à la consommation, la locution faire de la drogue (ou de la dope) est considérée comme un calque de l’anglais. Il aurait mieux valu dire : il s’est déjà drogué, il a déjà pris de la drogue ou il a déjà consommé de la drogue. L’anglicisme se doper est toléré dans un contexte des compétitions sportives, mais il est critiqué dans la langue générale.

content-title

Certains diront qu'il est un peu overexposed!

Le terme anglais overexposed se traduit généralement par surexposé. Il faut cependant noter que l’adjectif surexposé appartient essentiellement à la langue de la photographie. Pour qualifier un acteur qu'on voit trop souvent dans les films, on recommande l’emploi du néologisme surutilisé.

Rappel : Dans la langue des médias, il convient de remplacer l’anglicisme exposure par visibilité.

content-title

Avez-vous de quoi à me demander?

La locution de quoi est tout à fait correcte. Par exemple, on peut dire : il n’y a pas de quoi rire, elles ont de quoi s’amuser ou il n’y a pas de quoi fouetter un chat. On peut également dire qu’on a de quoi vivre. De quoi est immédiatement suivi d’un verbe à l’infinitif, sauf dans l’expression figée il n’y a pas de quoi. En revanche, on ne devrait pas employer de quoi dans le sens de la locution quelque chose. Cette façon de s’exprimer est normale chez les très jeunes enfants, mais elle est considérée comme fautive dans la langue des adultes. Ici, on aurait dû dire : avez-vous quelque chose à nous demander? ou avez-vous des questions?